Le sujet du jour est les bases du virus COVID -19 et nous allons parler de la désinfection des ressources culturelles.

Je suis Mary Striegel, cela fait environ 25 ans que je travaille en tant que scientifique spécialiste en conservation auprès du National Center for Preservation Technology and Training.

Je vais vous parler aujourd’hui de l’isolement, du nettoyage ou de la désinfection des matériaux historiques.

La discussion que nous allons avoir aujourd’hui repose sur les meilleures connaissances disponibles au jour d’aujourd’hui, mais comme vous le savez, le COVID 19 et la situation du Coronavirus changent et évoluent rapidement. De ce fait, les informations que je vous donne aujourd‘hui peuvent changer avec le temps. Si nous avons des nouveautés, je les publierai sur Facebook et je reviendrai vers vous afin que nous puissions discuter de ce que nous devons faire ensuite.

Je vais essayer de répondre à 5 questions pour vous aujourd’hui.

  1. La première question est qu’est-ce que le virus Covid-19?
  2. Deuxièmement, combien de temps reste-il actif sur les surfaces?
  3. Troisièmement, comment rendre le virus inactif ?
  4. Quatrièmement, quid des matériaux historiques?
  5. Et cinquièmement, de quelles mesures de sécurité avons-nous besoin?

Cette émission en direct va être enregistrée; elle sera ultérieurement retranscrite et accessible à tous sur notre site Internet.

Alors, qu’est ce que le virus Covid-19?

Eh bien, c’est un coronavirus.

Les coronavirus portent ce nom en raison de leur apparence au microscope. Ces virus apparaissent recouverts de structures pointues autour d’eux comme une corona, une couronne. Il n’y a pas beaucoup de données sur ce type de coronavirus précis, mais il existe des informations sur des virus similaires qui peuvent nous aider à mieux comprendre celui-ci.

Tous les virus sont des morceaux de code génétique ou d’ARN regroupés à l’intérieur de lipides et de protéines, avec une enveloppe extérieure à base de graisse, que l’on connaît sous le nom d’enveloppe virale. C’est cette enveloppe grasse qui rend le coronavirus sensible au savon et à l’eau.

Lorsque nous lavons les surfaces, lorsque nous nous lavons les mains avec du savon et de l’eau, lorsque nous nettoyons les surfaces avec du savon et de l’eau, cela enlève l’enveloppe graisseuse et provoque la décomposition du virus.

Nous avons de la chance que le Coronavirus ait une enveloppe grasse, virale, car certains virus comme le Norovirus ont un type d’enveloppe différent et ils sont beaucoup plus difficiles à désinfecter.

Le Covid-19 se transmet de personne à personne par contact et par la toux et les éternuements, qui projettent des aérosols porteurs du virus dans l’air qui peuvent atterrir sur vous ou sur les surfaces.

C’est pourquoi il est recommandé de nous tenir à au moins 1 mètre l’un de l’autre et d’éviter de toucher les surfaces ou notre visage, car une fois que nous avons le virus sur les mains, nous touchons tous notre visage, je touche mon visage environ 20 fois par heure, cela transfère le virus à notre bouche, nos yeux, notre peau et cela va nous rendre plus susceptibles d’être infectés.

Alors, la question numéro deux est : combien de temps le virus reste-t’il actif sur les surfaces?

Durée de vie des Coronavirus sur différents matériaux

Durée de vie des Coronavirus sur différents matériaux

La durée de vie du COVID-19 varie en fonction des types de matériaux. Il y a beaucoup d’informations qui circulent sur Facebook et d’autres médias.

La plupart sont en fait basées sur un excellent article publié en mars 2020 dans le Journal of Hospital Infection. C’est l’une des meilleures sources d’information dont nous disposons.

Je vais vous montrer un tableau de la durée de vie du virus sur différents types de surfaces. Le terme « durée de vie » n’est pas très approprié, mais le virus reste bien actif sur les surfaces. Le virus doit infecter une cellule pour vivre : le virus pénètre dans une cellule, infecte la cellule, se reproduit dans la cellule, puis la tue et enfin se recrache de la cellule…

Donc, je vais vous montrer une liste de la persistance des virus type corona sur différents matériaux.

Sur les métaux, la durée est d’environ 5 jours, avec le bois, la durée est de 4 jours, le papier peut être de 4 à 5 jours, le verre peut être de 4 à 5 jours. Les sacs en plastique type sac de congélation sont composés de poly propylène, le virus peut y vivre pendant 6-9 jours.

Sur la céramique le virus peut durer 5 jours, pour la clarté de cette présentation, nous classons la céramique et la brique ensemble parce que la brique n’a pas encore été testée, contrairement à la céramique. Le dernier que j’ai énuméré ici est la pierre, il y a une source disponible en ligne qui dit que la durée de survie du virus est de 2 à 12 jours mais aucun article de recherche ne peut le confirmer, d’où la double astérisque.

De manière générale, la subsistance la plus longue que nous observons sur les surfaces est de 6 à 9 jours.

Un autre article a été publié sous forme de correspondance dans le New England Journal of Medicine. Cet article donne des temps de survie plus courts pour certaines surfaces. Il indique par exemple 4 heures sur le cuivre, 2 jours sur l’acier inoxydable et jusqu’à 3 jours sur d’autres surfaces.

La grande différence avec l’article du New England Journal of Medicine est qu’il s’agit d’une communication qui n’a pas fait l’objet d’un examen aussi approfondi que l’article du Journal of Hospital Infection.
Donc, afin d’aérer en étant prudent, je vous recommande d’isoler les matériaux pendant 6 à 9 jours.

Alors, comment désinfecter le virus?

Dans le même article du Journal of Hospital Infection, ils ont passé en revue différents types de désinfectants, leur concentration et le temps qu’ils prenaient à détruire le virus à la surface. Je vais donc vous en montrer quelques-uns qui sont pertinents pour notre discussion.

Nous allons donc examiner celui-ci.

Nettoyants et désinfectants

Nettoyants et désinfectants

On peut parler d’éthanol concentré à 95% et à 70%.

Nous pouvons parler du propanol-2, qui est généralement l’alcool à brûler que vous pouvez trouver au supermarché ou à la pharmacie concentré à 95% et 70%…

Il y a également l’eau de Javel que vous pouvez trouver au supermarché, elle est généralement concentrée à environ 10%, donc c’est vraiment une solution d’eau de javel diluée qu’il faut faire… et puis il y a aussi le peroxyde d’hydrogène. Vous pouvez voir qu’avec du peroxyde d’hydrogène, il faut environ une minute pour tuer ou rendre le virus inactif, tandis qu’avec l’alcool à brûler et certains autres, le temps de désinfection est bien plus court.

Alors avec ces matériaux nous pouvons voir qu’en fonction du type de surface il faudra faire varier la durée de traitement et le type de désinfectant utilisé.

Le CDC, centre pour le contrôle et la prévention des maladies a émis des recommandations destinées à un usage domestique général.
Ce qu’ils disent, c’est que si une surface est sale, il faut la nettoyer avec du savon doux et de l’eau avant de la désinfecter.

Ensuite, il faudra utiliser de l’eau de javel ménagère des solutions d’alcool concentrée à 70% ou des désinfectants ménagers certifiés auprès de l’EPA (agence de protection de l’environnement).

Ce sont les recommandations pour un usage domestique général. Les recommandations du CDC = 70% d’éthanol, 70% de propanol-2 qui n’est que de l’alcool à brûler, ou une solution de javel diluée à environ 2%.

Donc,

Pour l’instant, nous avons parlé des recommandations de l’organisation mondiale de la santé et du CDC. Mais cela ne s’applique pas toujours aux matériaux historiques.

Pourquoi donc? Eh bien, en tant que conservateurs et scientifiques nous savons que nous ne devons pas nuire aux matériaux. Nous sommes les gardiens des ressources culturelles qui nous restent et nous voulons qu’elles soient là pour les générations futures. Cela inclut des éléments comme la courtepointe de votre grand-mère, la Bible familiale que vous lisez, le mobilier de la maison historique, le bureau d’accueil du palais de justice ou même la copie originale du testament que vous devez emmener au tribunal. C’est notre responsabilité de faire ce qui est juste.

Il y a donc tout d’abord le choix entre l’isolement et la désinfection.

En tant qu’êtres humains, nous avons l’envie de réparer les choses. Je ne sais pas pour vous mais moi je veux toujours arranger les choses. Nous avons tendance à agir rapidement, mais en cas d’urgence il vaut parfois mieux ralentir et évaluer la situation. Dans les hôpitaux, cela s’appelle le triage médical. Alors, qu’est-ce que nous devons vraiment faire en premier?

Si possible, isolez la ressource des personnes pendant un certain temps. Cela signifie fermer les pièces, emballer les objets individuellement, quitter le bâtiment pendant 9 jours.

Pourquoi me demanderez-vous ?

Eh bien, c’est parce que les matériaux historiques peuvent être irréversiblement endommagés par certains nettoyants. Si vous devez nettoyer parce que vous devez rester ouverts, si vous devez utiliser des objets contaminés, alors vous devrez choisir judicieusement.

Alors parlons de l’isolement

L’isolement est la méthode privilégiée pour traiter les objets et les collections des musées. Cela causera le moins de dommages potentiels aux ressources et fournira un environnement sûr pour le public une fois la durée appropriée écoulée.

Nous recommandons l’isolement d’un bâtiment, d’un site ou d’une collection pendant au moins 9 jours sur la base de l’état de la technique.
Certains diraient 3 mais nous pensons que la prudence doit être privilégiée ici.

L’isolement peut également être effectué à l’échelle de l’objet. Vous pouvez prendre des sacs en plastique de style sac de congélation, de la taille de 500 ml, 1L, 2L… Vous pouvez mettre vos petits objets dans un sac en plastique à fermeture éclair, les mettre dans un double sac, étiqueter avec les informations sur l’objet, la date à laquelle vous l’avez mis en sac et la raison pour laquelle vous l’avez mis en sac. Quelqu’un est-il passé par le centre d’accueil, le musée, le palais de justice qui pourrait être malade et avoir touché les objets? Étant donné que le virus peut vivre sur des sacs en plastique jusqu’à 9 jours, les articles doivent être isolés au moins aussi longtemps.

Qu’en est-il du nettoyage et de la désinfection?

Si l’isolement n’est absolument pas une option. Là encore, vous devez procéder avec prudence.

N’entreprenez pas d’actions de désinfection à grande échelle de l’ensemble des collections ou des salles entières d’un musée sans connaître les impacts potentiels sur les objets du musée. Par exemple, il a été suggéré comme possibilité d’utiliser un brouillard humide d’une solution biocide à base d’un composé d’ammonium quaternaire. Ce n’est pas la manière à privilégier avec une collection de musée. Beaucoup de ces matériaux interagiront différemment avec la solution biocide. Et vous ne savez pas exactement quelle quantité vous appliquez avec un brouillard. Alors n’essayez pas de faire ça.

Deuxièmement, n’utilisez pas d’eau de Javel sur ces surfaces. De nombreux matériaux culturels sont sensibles à l’eau de Javel. L’eau de Javel est un chlorhydrate de sodium, elle s’oxyde au contact du sel de sodium présent dans la pierre, des matériaux poreux – la brique, la céramique vont toutes être endommagées par l’eau de Javel et les surfaces javélisées. Les finitions délicates sur le bois seraient également affectées à long terme par de l’eau de Javel et les surfaces javélisées.

Donc, si nous allons nettoyer et désinfecter, nous voulons commencer par les surfaces peintes, les poignées de porte et les garde corps. Vous devez savoir s’ils sont en métal ou en bois et s’ils ont une finition délicate.

Ensuite, vous allez préparer une solution d’eau et de savon à partir d’un savon doux… Le savon a une extrémité polaire et une extrémité apolaire. Et donc cela tend à créer une solution…. Le savon doux que nous recommandons serait quelque chose comme les produits vaisselle de la marque Ivory ou Orvus. Mais je ne recommanderais pas tous les produits vaisselle, car ils contiennent parfois d’autres additifs qui peuvent laisser un film. Je ne sais pas si vous avez déjà lavé vos lunettes avec du produit vaisselle, je l’ai fait et il est difficile de retirer ce film après, et vous ne voulez pas laisser de film sur vos objets.

Une fois que vous avez mélangé la solution, vous la placez dans un flacon pulvérisateur. Vous prenez une serviette en papier, mouillez la serviette en papier avec votre solution, puis essuyez la surface ou la balustrade.

Rappelez-vous maintenant, quand nous avons parlé de cela, de la désinfection, cela va prendre un peu de temps, alors il faudra peut-être l’essuyer, revenir et l’essuyer à nouveau dans une minute. Une fois que vous avez essuyé la surface, il faudra jeter cette serviette en papier. C’est pourquoi vous ne voulez pas utiliser de chiffon en tissu, car il faut se débarrasser de cette serviette en papier après utilisation.

Vous voulez limiter la quantité d’eau ou de nettoyage humide que vous utilisez car cela peut endommager les matériaux historiques fragiles comme les papiers peints ou les finitions murales peintes. Encore une fois, après avoir essuyé la surface, jetez la serviette en papier utilisée.

Nous allons traiter les surfaces en briques comme la céramique, elles peuvent être essuyées avec du savon et de l’eau, puis désinfectées avec une solution d’alcool iso propylique ou d’alcool à brûler contenant au moins 70% d’alcool à brûler.

L’alcool à brûler peut être utilisé sur certaines surfaces comme le marbre, le calcaire ou les comptoirs ou les sols en terrazzo et cela pourrait être une bonne solution pour les bâtiments de l’administration.

Je vous le répète, n’utilisez pas d’alcool à brûler sur le bois, car il peut endommager les finitions.

Faites attention aux finitions.

Et si vous avez des questions, vous pouvez nous contacter ou trouver un restaurateur ou un scientifique de la conservation sur le site Web de l’American Institute of Conservation, à savoir culturalheritage.org.

Maintenant, je veux parler un peu d’une note sur les raysons U.V., cette lumière Ultra Violet.

Les données soient très claires : vous pouvez tuer et désactiver les virus avec un rayonnement germicide UV. C’est un rayonnement à une fréquence spécifique de 264 nanomètres ou 365 nanomètres de longueur d’onde. Nous n’avons pas pu trouver un article de recherche fiable qui recommande les rayonnement U.V. pour le Covid-19.

Les rayons U.V. peuvent endommager les photographies et le papier lors de longues expositions. Mais nous vous tiendrons au courant. Ce que je veux savoir si je vais utiliser les rayons U.V., est de quelle lumière ai-je besoin, de combien de lumière ai-je besoin et de quelle puissance lumineuse ai-je besoin et combien de temps? Et je n’ai pas pu trouver les sources pour vous donner ce genre d’informations.

La dernière question dont je veux que nous parlions est ma liste de recommandations pour les matériaux historiques.

Pour une utilisation en préservation et conservation

Pour une utilisation en préservation et conservation

Donc, pour une utilisation dans le cadre de la conservation, nous recommandons avant tout l’isolement pendant 9 jours. Si vous ne pouvez absolument pas isoler, utilisez une solution d’eau et de savon doux pour nettoyer. Vous pouvez également utiliser de l’alcool à brûler, du propanol-2 de l’alcool iso propylique, ce sont tous les mêmes noms pour la même chose à savoir une solution à 70% d’alcool. Mais attention aux finitions fines.

Donc, ce sont les choses que nous voulons que vous sachiez et nous espérons que cela fonctionne.

Quelles précautions de sécurité devez-vous prendre lorsque vous allez nettoyer des surfaces et désinfecter des surfaces?

Avant tout, portez des gants jetables lors du nettoyage et de la désinfection des surfaces. Les meilleurs gants sont des gants en nitrile, ils sont bleus. Les gants doivent être jetés après chaque nettoyage. Maintenant, ils peuvent être difficiles à trouver en ce moment, car ils sont utilisés dans les hôpitaux et vous devez savoir qu’en terme de priorités, la vie des gens est plus importante que le patrimoine culturel. Nous ne sommes pas prioritaires pour ça les gars, je déteste dire les choses comme ça, mais c’est bien le cas.

Donc, le moment venu, procurez-vous vos gants, portez vos gants et jetez-les après chaque nettoyage.

D’autres équipements de protection individuelle à considérer seraient des lunettes ou des lunettes de sécurité si vous en avez. Vos lunettes habituelles ne suffisent pas, vous avez besoin de quelque chose qui s’adapte à votre visage.

Si vous êtes responsable du nettoyage d’un centre d’accueil du parc national, d’une collection de musée, d’un bâtiment administratif, vous devrez probablement faire appel à des entrepreneurs pour vous aider. Vous devrez leur donner des vêtements de protection extérieurs, des lunettes ou des écrans de sécurité, des gants chirurgicaux et, si possible, un masque filtrant N95 ou FFP2.

Voilà donc les informations que j’ai pour vous aujourd’hui. Comme je l’ai dit, cette vidéo sera enregistrée, nos diapositives seront également disponibles sur notre site Web, www.ncptt.nps.gov.

Je dois remercier certaines personnes qui m’ont vraiment aidé à rassembler ces informations. D’abord et avant tout, notre associée de recherche Vrinda Jariouala qui a beaucoup travaillé là-dessus. Les informations proviennent du National Park Service – de Brynn Bender et Margaret Brueker. Et nous tenons à remercier le microbiologiste émérite Ralph Mitchell qui est à l’université de Harvard.

J’espère donc que cela vous donnera quelques bases qui valent la peine de commencer à regarder et à réfléchir. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les mettre dans les commentaires ici. Et nous espérons que cela vous sera utile.


Remarques:

  1. J’aurais dû mentionner qu’après avoir essuyé une surface avec du savon et de l’eau sur une serviette en papier, vous voulez prendre une deuxième serviette en papier humide et rincer à l’eau.
  2. Je tiens à souligner que vous ne voulez pas effacer un objet individuel sans guidage. Isolez-les. Demandez conseil à un professionnel.
  3. Je recommande de ne pas nettoyer les artefacts du musée dans les vitrines d’exposition ou dans le stockage du musée. Les objets exposés sont déjà protégés par l’étui (il suffit de sauter un mois de ménage à l’intérieur des étuis si cela était prévu). Les objets entreposés peuvent être isolés individuellement pendant 9 jours (double sac) ou garder toute la pièce fermée pendant 9 jours.
  4. Si des objets se trouvent dans des zones de stockage, je suggère (si possible) de limiter l’accès à une seule personne (toujours la même personne) à ce moment pour éviter la contamination croisée. Cette personne doit utiliser les protocoles de lavage des mains recommandés par le CDC et porter des gants en nitrile. Si, pour une raison quelconque, ils doivent nettoyer dans les espaces de stockage (sols ou extérieurs des armoires), comme d’habitude, aucun nettoyant à base de solvant – savon (Oruvs ou Ivoire liquide) et eau uniquement – avec peu d’eau et de rinçage. Le nettoyage n’entrerait en jeu que pour les surfaces historiques telles que les poignées de porte ou les mains courantes. Même avec cela, comme vous l’avez dit, soyez extrêmement prudent.

National Center for Preservation Technology and Training
645 University Parkway
Natchitoches, LA 71457

Email: ncptt[at]nps.gov
Phone: (318) 356-7444
Fax: (318) 356-9119